L'associationGlaz : Le filmTour du monde 2009-2012Bialowieza 2007

Logo Kernunos

Gorazde - Bosnie: "Un if pour l'amitié" (juin-août 2006)



ENFIN LE DEPART:

La journée s'annonçait bien,le temps avait l'air de se tenir au beau fixe, les gens venus me supporter et me souhaiter bon courage affluaient.Pour ma part, bien qu'un peu nerveux, je réussi à préparer mes bagages sur mon vélo, ainsi qu'à tenir le stand, expliquant mon geste.

Tout le monde était, je le pense ravis, et je les en remercie grandement malgré mon manque de discours avant le départ ( mais les gens m'auront reconnu là).

Plusieurs personnes ont adhérées à l'association et je les en remercie ainsi que toutes les personnes présentes ce jour là et les autres qui n'ont pus venir, c'est pour tous ce monde que je roule actuellement en éspérant atteindre mon but: GORAZDE!!!

Le départ fut retardé d'une heure, afin que toutes les personnes présentes, puissent profiter de cet après-midi.Je mélançais donc à 14 heures accompagné de plusieurs personnes.

Pour ceux qui me liront, la pire des difficultés, après 600km fut à 1.5km du bourg la fameuse montée de Créfuriec.

Puis, ce sont les premiers kilomètres qui ont défilés jusqu'à Pontivy où était programmé mon premier arrêt.

étrange impression que de se retrouver enfin dans l'action, après tant de mois de préparations et de questions. Mais le jour était venu, place à l'action, finis les explications en tout genre, afin de faire parler de l'asso,place aux actes.

Le lendemain, je retrouve avec plaisir le canal de Nantes à Brest,rencontré en Septembre dernier, lors d'un essais effectué sur tout le parcours du canal.


Là, la route est d'eau et de sable. D'eau pour les péniches et autres vedettes de plaisance, de sable pour les cyclistes et randonneurs de toutes sortes, pour les citadins, venus flaner un moment pour se vider la tête et prendre l'air un moment.

On peut faire des rencontres, comme ce photographe partis pour un tour d'Europe en vélo couché, avec 8 kilos de matériel photos!! vélo valant au bas mot 3000€.

Le canal avec toute son histoire: Mariniers et chalands, éclusiers et autres métiers gravitant autour de ce cordon liquide.

Ce fut un bon début que de suivre cette route, mélange de terre et de sable qui me permis de tester mon équipage.

Lorsque je quittais mon canal et pris la route en goudron, qu'elle glisse!!!

Puis, je fit connaissance de la Loire, Ce grand fleuve riche sur ses berges de terres abondantes. Partout, tout était en avance par rapport à notre Centre Bretagne. Le maïs, les céréales, les jardins, les vignes, tout ici pousse à foison.

C'est également le lieu de châteaux célèbres comme: Chambord où Beaugency.

D'autres châteaux, mais de béton cette fois çi, jalonnent le fleuve: les centrales nucléaires. Monstres et volcans en sommeils aux portes des villes, effrayant.

Me voilà donc à Jargeau, situé à environs 20km vers l'est d'Orléans. Attendant dans un camping, Mon ami Franck, venant me rejoindre pour le reste du parcours. Ca s'annonce chaud, Zoran, mon contact pour la Bosnie, m'annonce 38° sur le Nord du pays!! Lui nous rejoindra plus tard, avec toute une équipe de musiciens, allant au festival de Gorazde. Nous restons en permanence en contact, surtout une fois là-bas.














                  C'est en suivant les routes cyclables qui longent la Loire, que nous entamions la seconde partie du voyage. Puis, après plusieurs jours de routes, nous quittions la Loire pour rejoindre la canal de Bourgogne en direction de Bâle.
Là, les difficultés commençaient, car il fallait donc traverser la Bougogne, région vallonnée, magnifique, mais difficile.
Tant bien que mal, nous atteignîmes le canal, mais, à notre surprise, la piste le longeant, faite de graviers grossiers nous freinais plus qu'autre chose. Nous décidâmes donc de couper au travers afin de rejoindre au plus vite Bâle et la frontière Allemande.Nous étions impatient d'entamer un autre pays,celui-ci était pour nous un gros morceau de notre voyage, et après une journée de repos, prévus après 500km en communs, nous attaquions ce pays, direction le Lac de Constance et la plaine Munichoise.





Partie difficile, car montagneuse avec des côtes de 8 à 15% qui me donnèrent le plus grand mal. Quel spectacle, cependant une fois le col passé. Les alpages nous offraient leurs beautés magiques.
La plus part du temps nous installions notre bivouac dans les nombreux camping qui jalonnaient notre route. l'Allemagne étant un pays où le vélo est rois, partout sur les routes, existaient des pistes cyclables.

Puis ce fut le lac de Constance, vaste "mer"intérieure qui nous offris un peut de fraicheur. Après encore plusieurs km de routes vallonnées, nous atteignîmes le Plateau bavarois, et ce fut avec un plaisir non dissimulés, que nous avancions sur une route dénuée de grandes côtes.
 Nous atteignîmes alors Munich, mais le temps qui nous était compté, nous empêchait de nous attarder.
Car nous en avions perdue, avec les montagnes, un temps précieux, et vue la distance qui nous restait à parcourir, nous craignions de ne pas arriver pour le 1er Aout. Aussi, nous décidâmes d'accélérer la cadence et de ne pas faire de pause jusqu'à l'arrivée.



Nous roulions donc en grande partie le matin, profitant de la fraicheur relative, et parcourions une distance de 70 km jusqu'à 14 heure et, après une pause déjeuner d'une heure, repartions pour la seconde partie de la journée, effectuant 40km avant la halte du soir.
C'est ainsi, que nous atteignîmes la frontière Autrichienne, avec l'intention de rejoindre le Danube vers Linz.
Nous savions que là, une piste goudronnée longeait ce fleuve jusqu'à son embouchure.
Nous étions d'ailleurs impatient de l'atteindre, certains que nous pourrions progresser plus vite, sans difficultés.C'est avec bonheur que nous rejoignîmes le plus grand fleuve d'Europe, prévue là aussi pour les cyclos. L'Autriche étant un pays comme l'Allemagne où une grande partie de la population roule en vélo.

Nous suivîmes donc ce fil d'ariane argenté jusqu à la frontière en passant par Vienne où nous perdîmes un peut de temps dans cette grande ville cosmopolite chargée d'histoire.
Tout se passât alors relativement vite, la Hongrie et ses plaines nous attendait, là encore nous comptions rouler dans de bonnes conditions afin de gagner un peut de temps.
Mais tout n'était pas gagné, allégé de 5 kilos de bagages inutile, je souffrais moins du poids et, sur les lignes droites de plusieurs kilomètres, sans montées difficiles, la progression ce fît sans trop de difficultés. Le vélo, cependant montrait des signes de fatigue, et une fois de plus je fut obligés de le bricoler afin de continuer.

Nous atteignîmes la ville de Pecsz, et nous fûmes contraint de prendre un hôtel, la Hongrie n'étant pas riche en camping, nous dormions une fois sur deux, soit  dans les champs, soit dans les hôtels.



Notre morale, cependant était au beau fixe, malgré les camions qui nous assaillaient constamment, ainsi que le mauvais état de la route qui rendait le trajet pénible. Nous savions dès lors, qu'il était faisable de rejoindre Gorazde dans les temps,  et la Croatie toute proche nous faisait croire à une traversée rapide de ce pays.

Gonflés au maximum, et le peu de km relatifs qui nous attendais, nous donnèrent raison. Nous traversâmes la Croatie, dans sa partie la plus étroite en une journée. Déjà je sentais la fin proche, les gens parlant la langue Bosniaque je me sentais presque arrivés, mêmes si mon coéquipier me mettait le holà.
Le nord de ce pays ressemblait à la Bosnie, et le premier panneau indiquant Sarajevo me fit un bien fou.
Nous arrivâmes a Bosanski-brod, ville frontière séparée par la Bosna, grande rivière qui donna sont nom au pays.

Là, le choc fut intense, car un no mans land de plusieurs kilomètre avec son cortège de maisons éventrées, abandonnées, pillées, nous rappelaient que la guerre fit rage dans cette région si proche de l'Europe.
Nous traversâmes donc la république Serbe de Bosnie et ce fut enfin la partie Bosniaque qui nous accueillit.
Je me sentait heureux, certain que nous allions réussir, et après avoir rejoins Sarajevo, et passés une nuit dans la capitale où Franck pus réserver son bus de retour, nous attaquions la dernière partie du voyage. Gorazde nous attendait.
Nous étions d'ailleurs loin de penser à l'accueil qui nous était réservé.
Après une ascensions de plusieurs kilomètre dans les montagnes, ce fut la descente vers la Drina.
Là, à 6km de l'arrivée, un fourgon d'ami nous attendait, car à la demande du directeur du festival, il ne fallait pas que l'on sache que nous étions arrivés. Celui-ci avait organisé une mise en scène pour l'ouverture de son festival et nous l'avions surpris  par notre arrivés, avec quatre jours d'avance.
Aussi, après avoir confiés nos bagages à nos amis, rentrions dans Gorazde "incognito".
Nous rejoignons la petite cité de Vitkovici, où tout le monde nous attendait, saluant notre arrivée.



Puis ce fut l'ouverture du festival, et la récompense de cette longue échappée, après avoir annoncé notre arrivée, précédés d'une voiture de police, le Directeur nous invitât à monter sur scène, encadrés par une haie d'honneur, nous montions sur le plateau ovationnés par une foule qui n'en revenait pas d'apprendre le nombre de kilomètre parcourus. Après ma petite phrase en langue Bosniaque, les applaudissement n'en finirent pas de résonner dans nos têtes, et c'est hagard de ces acclamations que nous descendions de scène.

Le lendemain fut consacré à la remise de l'if à la mairie et d'un interview par la presse télévisuel.
Ainsi s'achevait ce périple pour nous et gouttions avec bonheur à un repos bien mérité.



REMERCIEMENT

Merci à tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce projet et plus particulièrement:
Zoran et severine de "Planet mozaïk", Marie-Laure, Franck, la pépinière de Coat-Liou à Bourbriac, Trémargat et ses habitants, les Shistes-surfeurs, Raffouille et les arrachés, La ville de Gorazde et le directeur du Festival de l'amitié, les habitants de Vitkovici (BIH), Néra.









   



©2017 Kernunos | Mouliné pour CMSimple par Potager graphique sur une prog de TheBuckmaker.com | Dernière mise à jour : 01/04/2010 | Licence AGPL3 | Plan du site | Connexion